Moins de médias sociaux serait-il la clé du bonheur?

par Laura Jones
July 01, 2019

Est-ce que moins, c’est plus? Quand on parle de médias sociaux, absolument.

Il est impossible pour la plupart des gens de concevoir la vie sans une forme de média social. En fait, il est effectivement très difficile de vivre sans eux : on reste en contact avec les amis, on suit les nouvelles et on fait plein d’autres choses sur ces médias. Alors nous ne sommes certainement pas en train de dire de les abandonner complètement.

Par contre, c’est vraiment trop facile de prendre l’habitude d’ouvrir les médias sociaux dès qu’on s’ennuie ou qu’on est distrait. Ce faisant, nous passons à côté de bien des choses. Nous gaspillons notre temps et notre énergie ainsi que d’énormes opportunités de faire quelque chose de significatif et agréable. Comme apprendre une langue.

Continuez à lire pour savoir ce qu’on entend par moins c’est plus quand on parle de médias sociaux.

Moins traquer, plus parler

Traquer est souvent appelé tomber dans le trou de lapin de l’internet. On a soudainement besoin de tout connaitre sur cet inconnu qui vient de publier une image sur un réseau social. Alors on regarde sont canal YouTube, son compte twitter, on le trouve sur Facebook. On le traque sur les forums de rumeurs. On passe notre soirée entière à chercher et découvrir tout ce qu’on peut sur une personne qu’on ne rencontrera jamais.

Et durant tout ce temps, on aurait pu parler à la personne qui est assise en face de nous. Ou jaser avec le serveur si on est au restaurant. Parler à ceux qui nous entourent nous permet d’en connaitre davantage sur les gens et les lieux qu’on voit dans la vie réelle. Et ça nous donne l’opportunité de pratiquer nos habiletés langagières si on est à l’étranger.

Moins de commentaires, plus de compliments

« Oh, je DOIS commenter cette photo que cette personne que je n’ai jamais rencontrée vient de publier sur un produit que je n’achèterai jamais. » Vraiment? Parfois, il faut s’arrêter et se demander: « À quoi ça sert? » Pas d’une manière pessimiste ou sarcastique. Mais sincèrement : « Qu’est-ce que je gagne à faire ça? » Bien souvent quand on parle de médias sociaux, on ne gagne rien à comment la photo de quelqu’un.

Alors plutôt que de laisser un message sur la photo d’un inconnu, retournez-vous et complimentez quelqu’un sur ses habiletés langagières. « Votre accent allemand est fantastique! » Le sourire que vous obtiendrez et la joie que vous apporterez seront bien plus gratifiants.

Moins de j’aime, plus de vie

« Pourquoi seulement quatre personnes ont aimé ma photo? Peut-être que si j’en aime quelques-unes d’autres personnes, elles aimeront les miennes. » Oui, peut-être. Mais est-ce que vous vous sentirez mieux ou plus accompli? C’est peu probable.

Moins se préoccuper de qui vous aime dans le monde virtuel vous donne plus de temps pour vous occuper de qui vous aimez dans le monde réel. Passer du temps de qualité avec les gens est une meilleure expérience de vie que d’obtenir des j’aime de la part d’inconnus.

Moins de semblant, plus de faisant

Ce n’est pas une révélation que ce qu’on voit sur les médias sociaux ne représente pas vraiment la réalité. Cette belle photo sur une plage à Bali a un tas de détritus juste hors champ. Cette personne sur YouTube qui dit pouvoir parler sept langues peut en fait commander une bière en sept langues. (Pratique mais ce n’est pas parler couramment.)

Au moins vous passez du temps à faire semblant concernant différents aspects de votre vie, au plus vous avez de temps à consacrer aux choses qui importent vraiment. Ainsi, vous pouvez les faire au lieu de faire semblant. Passez une demi-heure à apprendre une langue au lieu de passer ce temps à éditer une photo pour publier sur Instagram. La prochaine fois que vous irez à votre destination vacances préférée, vous serez capable de faire plus que commander une bière.

Moins de comparaison, plus de concentration

« Pourquoi je n’ai pas l’air de ça? Pourquoi je ne peux pas me permettre une nouvelle robe toutes les semaines? Pourquoi est-ce qu’il semble toujours sortir jusqu’à 2 h du matin mais qu’il a l’air frais et dispos le lendemain matin? » Les médias sociaux sont un terreau fertile pour les comparaisons, que ce soit sur votre apparence, votre style de vie ou votre carrière. Mais il faut se rappeler deux choses : 1- beaucoup des photos que vous voyez ne racontent qu’une partie de l’histoire; et 2- ce que les autres font n’a pas d’importance si ça ne vous affecte pas.

On devrait plutôt se concentrer sur les choses qui améliorent réellement notre vie. Comme apprendre une langue. C’est difficile de conjuguer les verbes russes quand on est tout le temps distrait. Et l’on ne devrait certainement pas comparer nos habiletés linguistiques avec celles de qui que ce soit. Laissons les comparaisons sur les médias sociaux.

Moins d’émojis, plus d’énergie

Combien de temps passez-vous à chercher juste la bonne petite face jaune pour résumer comment vous vous sentez? On perd beaucoup de temps à essayer de s’exprimer par de petites images. Et l’énergie dépensée en recherche pourrait être utilisée à de meilleures fins.

Par exemple, on pourrait apprendre quelques nouveaux mots de vocabulaire. En apprendre un peu plus pourrait effectivement vous aider à exprimer vos propres émotions, plutôt que de vous fier à une image dessinée pour le faire à votre place. Cela pourrait vous rendre heureux, ravi ou débordant d’allégresse.

Moins de poses, plus de progrès

Combien de photos croyez-vous que les gens prennent avant d’en choisir une à publier sur internet? Je crois que c’est beaucoup. Sur une photo, votre bras est trop gros; sur la suivante, il a complètement disparu. Prendre la pose pour une photo est ce que beaucoup de gens choisissent de faire durant leurs vacances. Au sommet d’une montagne, les bras en l’air au-dessus de la tête. Une pose de yoga devant le Taj Mahal. Et ainsi de suite.

En plus d’agacer beaucoup d’autres touristes pendant que vous posez, vous perdez aussi un temps précieux. Imaginez le progrès que vous pourriez voir dans vos connaissances si, au lieu de poser devant le Taj Mahal, vous écoutiez le guide expliquer son histoire. Et si, plutôt que de crier sur le pauvre natif coincé à prendre 17 clichés exactement semblables de vous, vous lui demandiez d’en prendre un seul et que vous jasiez ensuite avec lui.

Moins de streaming, plus d’habiletés

Les services de streaming (diffusion en continu) ont une place importante de nos jours dans nos vies. On arrive à la maison, on s’effondre sur le divan et on regarde Netflix. Ou on va sur YouTube et on regarde quelqu’un se maquiller et parler de sa journée. Et il n’y a rien de mal à passer un peu de temps à faire ces choses-là. Ça permet de relaxer et de se décharger l’esprit après une journée occupée. Mais, si on est honnête, on passe bien plus de temps qu’on ne le devrait sur les services de de streaming. Et regarder est une activité passive qui ne fait pas vraiment appel à notre cerveau. À moins de visionner une vidéo en streaming sur l’apprentissage de l’anglais. Alors là, c’est une façon d’utiliser les médias sociaux tout en faisant quelque chose de productif en même temps.

En gros, au moins on passe de temps sur les médias sociaux, au plus on a de temps à consacrer à quelque chose de productif.

Alors déposons nos appareils un moment et faisons un peu plus de choses qui sont importantes.

Choisissez votre langue et complétez votre test de placement gratuitement

Prêt à apprendre avec Lingoda ?

Personnalisez votre expérience d’apprentissage et parlez rapidement avec aisance.