Les 7 langues les plus difficiles à apprendre

Les 7 langues les plus difficiles à apprendre

Par Jakob Straub
Mis à jour le 12.05.2022

Vous avez des difficultés à apprendre une nouvelle langue ? Ne vous inquiétez pas, chaque étudiant est différent mais, de la même manière, toutes les langues ne sont pas sur un pied d’égalité. Certaines sont vraiment plus difficiles à apprendre que d’autres. Que vous aimiez les défis, que vous soyez curieux ou que vous essayiez d’éviter les langues les plus compliquées, voici notre classement des langues les plus difficiles à apprendre.

Apprenez une langue à votre rythme


1. Le chinois

Le mandarin ou chinois standard, est la langue officielle de la Chine. On peut dire que cette langue est vraiment du « chinois » pour beaucoup d’occidentaux. Bien qu’un cinquième de la population mondiale parle mandarin, ceux qui souhaitent l’apprendre ont tendance à avoir des difficultés avec elle. Cela est dû aux milliers de caractères complexes et élaborés du système d’écriture. Même le chinois simplifié demande de se rappeler beaucoup de choses. Quatre tons principaux et un ton neutre rendent la production orale difficile, car la prononciation définit le sens. Le mandarin est le dialecte chinois le plus commun. Le cantonais contient différents caractères et prononciation et a huit tons au total, ce qui le rend encore plus difficile que le mandarin.

2. L’arabe

Comme pour le chinois, l’arabe est l’une des langues les plus parlées au monde. Non seulement il y a beaucoup de dialectes qui varient selon les régions et pays, mais l’alphabet n’est pas latin et la notation exclut la majorité des voyelles. L’arabe est s’écrit de droite à gauche, au cas où vous ne le saviez pas. Ajoutez des sons qu’aucune autre langue ne partage et une grammaire compliquée avec des verbes avant le sujet et vous comprendrez que l’arabe est une langue très difficile à apprendre !

3. Le japonais

Cette langue a trois systèmes d’écriture différents, chacun avec son propre alphabet. Le hiragana est utilisé pour les mots japonais alors que le katakana est pour les mots étrangers. Le Kanji vient des caractères chinois, donc vous apprenez le chinois en plus, en quelque sorte. La grammaire est un peu plus simple jusqu’à ce que vous arriviez aux particules. Elles marquent les parties du discours et n’ont pas d’équivalent en anglais. Les occidentaux ont aussi du mal avec le vocabulaire, car le statut social ou même le genre influence le choix des mots, dépendamment du dialecte, de la région ou des circonstances.

4. Le hongrois

Le hongrois a 18 suffixes pour les cas. Ce qui montre bien l’étendue de la difficulté de la lange, mais cela se corse encore plus : les 14 voyelles de la langue sont un cauchemar pour tous ceux qui apprennent la langue. La combinaison des phrases et des mots vous feront tourner la tête. Cette grammaire complexe est agrémentée d’un grand nombre d’expressions idiomatiques et de subtiles références culturelles. De quoi vous sentir seul pendant un petit moment, du moins au début !

5. Le coréen

Les linguistes considèrent le coréen comme un isolat, une langue dont on ne peut déterminer la filiation avec d’autres langues. Cette unicité devient un obstacle lorsqu’on essaye d’apprendre le coréen. L’ordre des mots est différent et le coréen est une langue agglutinante : en en rajoutant plus et plus, des mots complexes sont formés. Toutefois, l’alphabet est plus facile à apprendre qu’en chinois ou en japonais. Cependant, une prononciation incorrecte amènera des malentendus plus rapidement cas il y a beaucoup de règles difficiles.

6. Le finnois

Le finnois vous dupera avec son alphabet et sa prononciation proche de l’anglais en apparence, puis vous assommera avec une grammaire complexe. Les Finlandais rient du fait que les Anglais n’ont que trois cas. Dans leur langue, les noms peuvent avoir 15 cas différents. Les voyelles longues et les consonnes compliquent la production orale. Pour former une phrase simple, vous devez connaitre la conjugaison, la gradation des consonnes, le système de cas et les déclinaisons des pronoms. Ensuite, il existe presque toujours une expression idiomatique pour ce que vous essayez de dire. Alors, bien que votre phrase soit correcte, les Finlandais eux-mêmes le diraient différemment. Si vous pensez que le finnois n’a pas l’air si difficile, essayez l’islandais !

7. Le polonais

Le polonais a un alphabet latin mais des signes diacritiques peuvent être distribués d’une manière qui parait aléatoire. Il y a « seulement » sept cas, mais ils peuvent être manipulés par sept genres grammaticaux. C’est comme apprendre une langue avec des maths ! La prononciation sera un problème, car il y a beaucoup de sons que vous n’aurez jamais entendus et que vous devrez beaucoup pratiquer. C’est donc une des langues les plus difficiles à prononcer. Le polonais est amoureux de ses consonnes, mais au cas où vous en voudriez encore plus, essayez le tchèque !

Apprenez une langue à votre rythme

Articles similaires